Verdon / L’Escalès : Afin Que Nul Ne Meure

samedi 29 juin 2013
richard

- Altitude maximale : 1052m

- Dénivelé total : 180m

- Dénivelé des difficultés : 180m

- Cotation globale : TD- [6a+/5c+]

- Cotation des longueurs : L1 : 5c+, L2 : 5c+, L3 : 6a, L4 : 6a, L5 : 6a+.

- Qualité de l’équipement en place : Excellent équipement (Goujons), mais espacé

- Bibliographie  : Escalade plaisir – Alpes du Sud, Provence – Hervé Galley – 2007 – Editions Olizane.

- Participant(s)  : Fred

- Récit de la sortie  : Au fil du temps géologique, le Verdon a creusé de profondes et spectaculaires gorges (plus de 700m de hauteur) dans d’épais bancs de calcaire massif, offrant ainsi de remarquables possibilités pour de nombreuses activités de sport nature. Il n’est donc pas étonnant que l’escalade ait acquis, ici, une notoriété internationale, avec la verticalité époustouflante des parois et la qualité extraordinaire du calcaire, compact et sculpté d’une multitude de microreliefs. Et c’est à la falaise de l’Escalés que la grandeur du cadre est particulièrement splendide : la raideur et la compacité du calcaire de ces immenses murs gris et ocre, le niveau élevé des difficultés d’escalade, associés à un « gaz » qui prend aux tripes, lui procure bel et bien une image d’élitisme et d’engagement. Pourtant, il existe, dans cette vertigineuse paroi de l’Escalés, des voies abordables et bien équipées pour notre petit niveau. Le secteur des Dalles Grises, au dessus de la vaste terrasse suspendue du Jardin des Ecureuils, est, en effet, le plus accessible de cette immense paroi verticale où les arbustes et les petites terrasses tempèrent sa raideur générale. Ouvert en 1985 par Michel Suhubiette, cet itinéraire est, de ce fait, un des plus parcourus du Verdon. Il emprunte la 1ère longueur de la voie légendaire « Pichenibule », qui poursuit vers la gauche sur un impressionnant grand bouclier de dalles grises. « Afin que nul ne meure » poursuit vers le haut : son escalade est aérienne, esthétique, soutenue et se déroule sur de magnifiques dalles raides finement sculptées de « gouttes d’eau », de strates, de cannelures, de fissures superficielles, et quelques trous ou « bacs ». Du fait d’une fréquentation importante, la patine est conséquente car le beau calcaire du Verdon se polit assez rapidement malgré sa solidité. Un bien beau moment passé avec Fred, car cette voie nous faisait rêver depuis plusieurs années déjà !


Commentaires

Statistiques

Visites

54 aujourd'hui
131 hier
143238 depuis le début
13 visiteurs actuellement connectés