Cap Canaille / Sémaphore : La Dernière Evasion

vendredi 13 mars 2020
richard

- Altitude maximale : 313m (Sémaphore du Bec de l’Aigle)

- Dénivelé total : 200m

- Dénivelé des difficultés : 120m

- Cotation globale : TD+ [7b+/6b]

- Cotation des longueurs : L1 : 7a, L2 : 6a+, L3 : 7b+, L4 : 6a, L5 : 6b+, L6 : 7a, L7 : 6b, L8 : 6b.

- Qualité de l’équipement en place : Equipement excellent (Scellements Galvanisés).

- Bibliographie : Escalade - La Ciotat - Gilles Bernard, Gwenaël Drouot, Hervé Guigliarelli - 2012.

- Récit de la sortie : Une très belle évasion inventée en 2012 par Hervé Guigliarelli qui louvoie dans une paroi très raide, truffée de gros surplombs impressionnants et de taffonis surréalistes, à la recherche d’une escalade superbe, esthétique, difficile (notamment dans la partie inférieure) et variée (dalles, fissures, dévers plus ou moins marqués, cheminée alvéolée). Ici, les falaises Soubeyrannes offrent tout ce qu’elles ont de mieux aux grimpeurs en quête de dépaysement et de découverte : grande qualité de l’escalade, ambiance aérienne au-dessus de la Grande Bleue, et grande variété de rocher (Calcaire, Grès et Conglomérat de galets), de formes et de couleurs. Une voie magnifique, pour son cadre magnifique, le rocher dément et pour l’intérêt permanent et continu de l’escalade. Encore une formidable après-midi passé au Cap Canaille, sur cette voie magnifique, pour son cadre magnifique, le rocher dément et pour l’intérêt permanent et continu de l’escalade, …, Une formidable après-midi passé au Cap Canaille, c’est sûr, …, mais l’envie n’y était pas vraiment, … j’ai le cœur lourd depuis l’annonce accablante du décès jeudi dernier de Jean-Michel Cambon près du Trident de Cognet, en équipant sa toute nouvelle voie. Peu importe les raisons, les faits sont là, et bien réels : notre cher ami grimpeur s’en est allé dans l’autre monde, lui qui paraissait invincible après un parcours exceptionnel de plus de quarante ans en tant qu’ouvreur et équipeur de centaines de voies dans son « Oisans sauvage ». Grimpeur isérois et accessoirement instituteur, il était surtout immensément passionné, sincère (tellement rare de nos jours), philosophe, et à l’humour incroyable ! J’ai eu la chance d’échanger des mots l’été dernier sur les nouvelles pratique de la montagne, ses dernières voies, et même de discuter de ses nouveaux projets. Il savait faire partager sa passion de la verticale en tout simplicité et humilité surtout ! J’ai l’impression de le connaitre davantage, ayant lu ses écrits dans ses livres et parcouru un très grand nombre de ses voies… j’aurais bien aimé partager un bout de corde avec lui, juste pour l’émerveillement, …, mais ça ne s’est jamais réalisé ! S’il a regrets aujourd’hui pour moi, ce dont je suis certain maintenant, c’est que j’irai faire sa dernière voie équipée là-bas sur les contreforts de la Grande Sagne, dès les premiers jours de l’été, en hommage à lui bien sûr… ! Merci à toi JMC, pour tout ce que tu as pu faire, pour notre plus grand plaisir ! Nous ne sommes pas prêts à t’oublier toi et son œuvre ! Repose en paix !


Commentaires

Statistiques

Visites

0 aujourd'hui
67 hier
250411 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés