Sainte-Victoire / Croix de Provence (Versant Sud)

mercredi 17 août 2011
richard

- Altitude maximale : 946m

- Dénivelé total : 651m

- Itinéraire : Plan-de-l’Anchois (295m) → Refuge Cézanne (441m) → Pas de la Savonnette → Tracé jaune → Prieuré → Croix de Provence (946m) → Tunnel du Garagaï → Tracé vert → Ecaille de la tortue.

- Bibliographie : Provence – Les sentiers du vertige et de l’insolite – Pierre Millon – 2003 – Editions Glénat.

- Participant(s)  : Cécile

- Récit de la sortie  : Les enfants étant en bonne compagnie avec leurs grands-parents, nous décidons de partir en amoureux à la Sainte Victoire. Ce massif est très attachant tant il est agréable et "aventuresque" de le parcourir. C’est une belle échine calcaire au versant sud très découpé, raide, et au versant Nord doux. L’incendie de 1989 à ravager toute la Montagne qui désormais se remet doucement de ce traumatisme.

Le parcours s’effectue sur des sentiers aériens, interrompus pas de nombreux ressauts rocheux et demande un certain sens de l’orientation (nombreux détours pour éviter des barres rocheuses), même si les tracés sont très correctes. Les passages sont parfois exposés et nécessitent des mouvements d’escalade et l’usage de la corde, notamment au pas de la Savonnette (chaîne en place) et lors de la descente par le Garagaï.

Le parcours effectué conduit au Prieuré de la Sainte Victoire qui est un ensemble de bâtiments accueillants dans un cadre majestueux. En ce lieu, un ermitage a existé dès le 13ème siècle, avant la construction d’une chapelle et d’un Monastère (constituant ainsi le Prieuré) en 1654 par l’Abbé Aubert, aidé d’un généreux donateur, Honoré Lambert. Abandonné par les moines compte tenu de la difficulté des conditions de vie au sommet de Sainte Victoire, ces bâtiments sont redressés en 1955, par Henri Imoucha, aidé de quelques amis, afin de les "rendre dignes de leur prestigieux passé et de leur naturelle destination".

Puis l’itinéraire conduit naturellement au sommet où est érigée la croix de Provence, maintes fois reconstruite et dont la dernière inauguration date du 18 Mai 1875, grâce à l’Abbé Meissonnier, curé de Rousset, et aux dons 104 paroisses de la région.


Commentaires

Statistiques

Visites

55 aujourd'hui
52 hier
176425 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés