Cerces / Deuxième Tour de la Moulette : Vaille Que Vaille

vendredi 5 octobre 2012
richard

- Altitude maximale : 2725m

- Dénivelé total : 450m environ

- Dénivelé des difficultés : 320m

- Cotation globale : TD [6a+/6a]

- Cotation des longueurs : L1 : 5c, L2 : 5c, L3 : 5b, L4 : 5c, L5 : 5c, L6 : 6a, L7 : 6a+, L8 : 5c, L9 : 6a+, L10 : 5c.

- Qualité de l’équipement en place : Equipement solide (Goujons) ni très espacé, ni très rapproché. L’équipement de certains passages pourrait tout de même être amélioré pour diminuer la difficulté maximum et ramener ainsi la difficulté obligée à 5c.

- Bibliographie  : Escalade plaisir – Alpes Françaises du Nord – Hervé Galley – 2005 – Editions Olizane.

- Récit de la sortie  : « Un grand pas vers le paradis » nous avait promis Jean-Michel Cambon dans son Livre Est de « Oisans nouveau, Oisans sauvage ». Assurément : venir grimper ici sur ces hautes parois calcaires magnifiquement colorées, ocres, rouges, grises, avec cette luminosité du ciel et devant ce panorama superbe sur les Ecrins et la Meije relève d’un véritable privilège ! Mais heureusement que l’on avait Picou devant en tête pour ouvrir la voie car elle est plutôt difficile, …, sans lui, cela aurait été un véritable enfer ! Partis depuis le col de Buffère (2427m), nous avons suivis un sentier à flanc pour rejoindre le vallon de la Moulette, suspendu au dessus du Monêtier, et qui abrite 5 grandes tours orientées à l’ouest et hautes de 300mètres. La deuxième tour est parcourue par plusieurs voies modernes dont la plus abordable est « Vaille que Vaille » (6a obligé tout de même), équipée par Catherine et Jean-Michel Cambon et Yves Ghesquiers (1991). L’escalade est vraiment superbe, et se déroule dans les dalles grises compactes du bouclier médian, avec un début plus quelconque et un final raide sur grosses prises (aérien). Il faut être précis sur les pieds, en adhérence comme en grattonnage, et tirer parfois sur les doigts. Calcaire gris exceptionnel dans les dalles médianes, bon ailleurs. Descente en 7 rappels (corde 2x50mètres nécessaires), à droite de la voie. Retour de nuit à la voiture vers 21h30, avant un diner bien mérité au restaurant le Gavroche, situé dans la vieille ville de Briançon où l’on a plutôt bien mangé !


Commentaires

Statistiques

Visites

44 aujourd'hui
79 hier
172206 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés